Problème cardiologique

Les affections cardiaques sont très fréquentes et comportent de multiples facettes. La tendance actuelle est de proposer des techniques opératoires de moins en moins invasives pour traiter les maladies, mais ces techniques récentes ne sont pas applicables à l'ensemble des situations cardiologiques et ne donnent pas nécessairement les résultats les plus durables. En Belgique, la prise en charge cardiologique est organisée par des programmes de soins, définis par la législation hospitalière, qui sont décrits sur le portail Cardio-Hainaut.net.

   Pour une situation non urgente, la solution du bon sens est de s'adresser à son médecin généraliste, pour confirmer la nature cardiologique de l'affection. Ensuite d'envisager, avec lui, de demander l'avis d'un cardiologue qui effectuera la mise au point nécessaire. Ce dernier proposera le dossier à un staff collégial, comportant des cardiologues généraux, des cardiologues interventionnels {2} et des chirurgiens cardiaques. L'avis de ce staff, qui se réunit tous les lundis midi sur le site de Charleroi, peut apparaître de la façon suivante :
  • Faire un complément d'examen et représenter le dossier.
  • Proposer un traitement par cathétérisme interventionnel {1}.
  • Proposer un traitement par chirurgie minimale invasive {3} ou conventionnelle.
  • Proposer une prise en charge dans un autre programme de soins.
  • Proposer un traitement médical.
La décision est basée, en général, sur la comparaison entre le risque des procédures et celui de l'évolution naturelle de la maladie. Si le traitement médical simple est proposé, cela signifie qu'il n'est pas justifié de prendre un quelconque risque par rapport au pronostic favorable de la situation cardiologique ou, au contraire, que le risque de la procédure envisagée est trop important par rapport à la situation générale du patient. Dans de rares cas, il est nécessaire de référer à un autre programme de soins si le patient est âgé de moins de 16 ans (cardiologie pédiatrique) ou que le traitement s'oriente vers de la transplantation cardiaque. En effet, l'agrément du centre cardio-thoracique de Charleroi ne comporte pas ces deux volets thérapeutiques qui sont réservés aux quelques institutions ayant développé ces compétences avant 1993. Par contre, tous les autres secteurs de la cardiologie adulte sont pris en charge, comme la revascularisation coronaire et la chirurgie valvulaire, en passant par les stimulateurs et les défibrillateurs implantables, dans toutes leurs indications.

Pour les situations urgentes, le centre est pourvu d'un service de garde 24h/24, capable de répondre, aussi bien aux événements cardiologiques, comme l'infarctus du myocarde, les troubles du rythme cardiaque ou les dysfonctions valvulaires, qu'aux accidents traumatiques touchant des organes intra-thoraciques (accident de toute nature, plaie par balle ou arme blanche, ...etc.).

L'éventail des contacts à établir avec les différents services est décrit sur le portail du CHU de Charleroi ou sur les pages Info.

{1} Cathétérisme interventionnel : Technique consistant à réaliser une intervention à l'aide de sondes et de ballonnets introduits et guidés via les vaisseaux sanguins.
{2} Cardiologue interventionnel : Cardiologue spécialisé dans le cathétérisme interventionnel.
{3} Chirurgie minimale invasive : Technique chirurgicale capable de réaliser l'intervention par des orifices cutanés de petites tailles.
Editeur responsable : Docteur Marc JORIS