Info patient‎ > ‎3. Anesthésie‎ > ‎

2. L'intervention elle-même


La partie du quartier opératoire, réservée à la cardiologie, comporte deux salles de chirurgie cardiaque, dont l'une hybride, et 2 salles de cathétérisme. Cette infrastructure utilise de l’équipement ultra-moderne.

Après avoir reçu un calmant dans sa chambre, l'opéré est conduit dans une des salles d’opération où l'attendent les différents membres du staff (anesthésiste, infirmière de salle d’opération, perfusionniste, instrumentiste, etc.). Il est installé le plus confortablement possible sur la table d’opération et équipé d’un appareillage de surveillance. Un cathéter veineux est introduit au niveau du bras, pour permettre l’administration des médicaments d'anesthésie, et un autre cathéter artériel est positionné au pli de l’aine (un peu comme pour la coronarographie) pour permettre une surveillance continue de la tension artérielle. Cette procédure se passe le plus souvent dans une ambiance détendue. L’anesthésie est progressivement induite. La technique d’anesthésie repose sur l’administration de médicaments qui assurent une amnésie, une analgésie et une relaxation des muscles pendant toute l’intervention. La respiration artificielle est assurée par un appareillage adéquat au travers d'une sonde placée dans les voies respiratoires. D’autres cathéters sont mis en place pour une surveillance plus précise du débit et des pressions au niveau du cœur. En fonction des résultats biologiques préopératoires, un prélèvement sanguin est réalisé de façon à permettre l'épargne du sang pendant l'intervention et, éventuellement, un médicament sera injecté pour diminuer les saignements. Une fois tout cet appareillage installé, on procède à l’intervention.

Une fois l'opération terminée et les pansements faits, l'opéré est conduit, toujours endormi, aux soins intensifs où il est confié aux médecins-réanimateurs après transmission de tous les éléments du dossier et description du déroulement de l’intervention.

Editeur responsable : Docteur Anne DAPER